Vous souhaitez recevoir la documentation ?

Pour cela, il suffit d'entrer votre adresse mail.

C

Promis, pas de spam ;)

Deuxième année d’existence et deuxième rentrée pour l’école supérieure des métiers de l’Internet. Entretien avec Benoît Lachamp, directeur de SUP’Internet, qui revient sur les nouveautés de l’école et la réalité du secteur des métiers d’Internet.

 

Quelles sont les spécificités du programme de SUP’Internet ?

Le fait qu’Internet évolue sans cesse nous oblige à être réactifs dans nos enseignements, pour répondre au mieux aux attentes d’étudiants exigeants et de coller aux réalités du secteur. Aussi, nos intervenants sont des professionnels, permettant une plus grande réactivité et une proximité avec les réalités des entreprises. Par ailleurs, avec nos partenaires, réunis au sein d’un Conseil de Perfectionnement, nous échangeons régulièrement sur l’état du marché, les évolutions des secteurs et des besoins, nous permettant ainsi d’affiner les enseignements. Les retours de stages nous servent également d’indicateurs sur notre pertinence.

Avec ces premiers stages, les étudiants ont prouvé qu’ils pouvaient être opérationnels au bout d’un an sur des sujets précis. Pour ce faire, nous avons décidé de condenser certains enseignements sur une année plutôt que les diluer sur trois. Cette conjugaison entre formation très pratique et enseignements exigeants séduit déjà les entreprises : les entreprises où nos étudiants ont fait leurs stages commencent à leur proposer de passer toutes leurs périodes de stage chez eux pour ensuite les employer.

Cette année, l’école évolue, occupe de nouveaux locaux et a refondu son site Internet…

Nous avons investi de nouveaux locaux parce que nos effectifs évoluent. Il est d’ailleurs amusant de noter que nous avons repris les locaux de Melty, important acteur du web et partenaire qui s’implique fortement dans la pédagogie de l’école. Espérons que ces locaux sauront inspirer des projets aussi ambitieux à nos étudiants.

Le site, quant à lui, reflète l’évolution de l’école. Nous avons travaillé sur un design qui nous correspond, associé à une qualité technique poussée. On notera entre autre qu’il est en responsive design, ce qui lui permet de s’adapter seul à la taille d’écran de l’utilisateur (que ce soit un ordinateur, une tablette ou un smartphone). L’affichage diffèrera si vous tenez votre tablette horizontalement ou verticalement.

Par ailleurs, l’univers d’Internet étant aussi assez ludique, nous y avons intégré des pages 404 reprenant un certain nombre de memes, ou encore la Time Machine qui permet de se replonger dans les anciens designs de référence sur le web. Mais ces éléments ne sont pas qu’anecdotiques : ils ont aussi un aspect pédagogique, en montrant bien aux élèves d’où ils viennent et dans quelle culture ils évoluent.

Un des nombreux exemples de GIF d’erreur 404.

Les plus jeunes semblent encore méconnaître le secteur professionnel d’Internet. Pourquoi ?

C’est effectivement le cas. Malgré l’image « digital natives » qui leur est associée, ils connaissent mal les carrières possibles dans le secteur d’Internet. Cette impression est générationnelle : quand les étudiants que nous accueillons avaient 13 ans (l’âge légal pour pouvoir s’inscrire sur les réseaux sociaux), Facebook existait déjà ; leur premier téléphone portable a pu être un smartphone. Depuis leur adolescence, des outils comme Twitter existent. Pour eux, ils sont intangibles et presque automatiques. Ils n’ont pas forcément conscience que des personnes qualifiées travaillent à les faire fonctionner et évoluer. A cette méconnaissance peuvent s’ajouter des freins venant de l’entourage même de l’adolescent. La pression parentale pour que les enfants passent moins de temps sur Internet peut être telle que le jeune passionné par le sujet se bridera pour ne pas déclarer vouloir travailler dans le domaine.

Un important travail de présentation des métiers qui existent derrière Internet est encore à faire auprès du grand public. La tâche est importante, mais toutes les études récentes montrent le bien-fondé de cette mission. En effet, Internet est un des secteurs qui résiste le mieux à la crise et qui présente une très forte pénurie de profils, ce encore pour un grand nombre d’années. Heureusement, nos étudiants, par leur motivation, leurs connaissances bien aiguisées et nos enseignements, sont là pour palier à cette pénurie.

<h2 class="sup_title_second">Toute l'actu</h2>

<p class="share">Partagez</p><div class="flex" style="justify-content: center"><br />
<img class="share_button share_twitter" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_twitter.png" /><br />
<img class="share_button share_facebook" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_facebook.png" /><br />
<img class="share_button share_gplus" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_google.png" /><br />
<img class="share_button share_linkedin" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_linkedin.png" /><br />
</div>

Agenda

<a href="/agenda/" class="event-link"> </a>

Contact

Secrétariat

Email : administration@supinternet.fr
Tel. : 01 84 07 42 35

Contact admissions

Email : admissions@supinternet.fr
Tel. : 01 80 51 71 36

Contact Presse

Direction
Email : direction@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 42 70

Contact Entreprise

Email : entreprises@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 43 11
Email Stages : stages@supinternet.fr

Postuler en tant qu’enseignant

Email : recrutement@supinternet.fr

Compétences & carrière

Stage

À SUP’Internet nous pensons que pour former des professionnels opérationnels une fois diplômés, il faut qu’ils aient accès au monde du travail et soient guidés durant leur apprentissage. C’est pour cela que SUP’Internet a fait le choix d’allier le stage à la formation de nos étudiants, et ce sur les trois années du cursus.

Fermer le menu