Vous souhaitez peut-être :

Avec plus de deux millions de lecteurs et lectrices uniques par mois, madmoiZelle.com s’impose comme l’un des leaders des webmagazines féminins à l’attention des 18-25 ans. Sa particularité est que Fabrice Florent, son fondateur, en est l’unique propriétaire. Le 28 mars, il est venu présenter les origines du projet et son business model aux étudiants de SUP’Internet.

<h3> Genèse de madmoiZelle</h3>

A l’occasion d’un projet tutoré mené en groupe pendant ses études de communication, Fabrice Florent découvre l’univers et la richesse de la presse à l’attention des filles et des jeunes femmes. Selon lui : « un monde beaucoup plus riche et intéressant en terme de ligne éditoriale que celui des hommes, par la mode, le rapport au corps ou les renvois à l’actualité ». Il approfondie sa connaissance du secteur au sein de l’enseigne Pimkie, en stage puis en tant que webmaster. En 1998, la marque décide de lui donner carte blanche pour faire ce qu’il veut quant à sa présence sur le web. Fabrice Florent met donc en place un magazine web, « Move and Be » : « J’ai fait du brand content 15 ans avant tout le monde ! » Le succès est là : quand il quitte Pimkie, le site de la marque enregistre 700 000 visiteurs uniques par mois. Grâce à ces sept années d’auto-apprentissage de la programmation et de la rédaction sur Internet, il décide en 2005 de lancer madmoiZelle.com.

<h3> Les vertus de l'autofinancement</h3>

Avec une mise de départ de 10 000 euros, Fabrice Florent va donc monter son site seul, fort de ses connaissances en rédaction à l’attention des femmes de 18-25 ans et de ses capacités en référencement pour moteurs de recherche, et cela malgré un fond de départ faible et grâce au soutien de ses proches : « J’ai la chance d’avoir une femme qui m’a supporté financièrement pendant cinq ans. » Car plutôt que se payer, le patron de madmoiZelle a préféré embaucher des rédacteurs et faire grandir le site. La formule marche, puisque neuf mois après son lancement, le site enregistre 100 000 visiteurs réguliers.

« La croissance de notre audience m’a également forcé à me responsabiliser : avoir des salariés sous sa coupe implique de faire fonctionner le site toujours aussi bien, se souvient Fabrice Florent. J’ai dû trouver des locaux. » Cette construction brique par brique n’a pas été de tout repos. Cependant, dès lors que le site a commencé à tourner correctement et rapporter de l’argent, il a trouvé une grande satisfaction dans sa liberté d’action : « Tout le projet repose sur mes envies. Aujourd’hui, je fais le choix, par exemple, de minimiser au maximum la présence de la publicité sur le site. Ce choix éthique n’est possible que si je possède toutes les clés de l’entreprise. » Ce qui est le cas.

<h3>Développements futurs</h3>

Fabrice Florent sait où il veut mener son site. Ainsi, le développement des contenus vidéo et d’une version mobile pratique de madmoiZelle.com sont en tête de ses priorités. Plusieurs autres pistes sont envisagées mais restent à l’état de projet : une version papier « one shot », refaire le développement – « Le site est un terrain de jeu énorme à explorer pour tout jeune développeur qui le souhaite ! »…

En conclusion, Fabrice Florent a essayé de provoquer les étudiants présents dans la salle en les incitant à créer eux aussi un magazine féminin web (tout en reconnaissant que son aventure commencée en 2005 pourrait difficilement être reproduite en 2013, à cause de la spécialisation des métiers de l’Internet) : « Venez créer de la concurrence ! leur a-t-il lancé. Je n’attends que ça ! On ne peut innover que lorsqu’il y a une concurrence saine. »

<h2 class="sup_title_second">Toute l'actu</h2>

<p class="share">Partagez</p><div class="flex" style="justify-content: center"><br />
<img class="share_button share_twitter" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_twitter.png" /><br />
<img class="share_button share_facebook" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_facebook.png" /><br />
<img class="share_button share_gplus" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_google.png" /><br />
<img class="share_button share_linkedin" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_linkedin.png" /><br />
</div>

Agenda

<a href="/agenda/" class="event-link"> </a>

Contact

Secrétariat

Email : administration@supinternet.fr
Tel. : 01 84 07 42 35

Contact admissions

Email : admissions@supinternet.fr
Tel. : 01 80 51 71 36

Contact Presse

Direction
Email : direction@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 42 70

Contact Entreprise

Email : entreprises@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 43 11
Email Stages : stages@supinternet.fr

Postuler en tant qu’enseignant

Email : recrutement@supinternet.fr

Compétences & carrière

Stage

À SUP’Internet nous pensons que pour former des professionnels opérationnels une fois diplômés, il faut qu’ils aient accès au monde du travail et soient guidés durant leur apprentissage. C’est pour cela que SUP’Internet a fait le choix d’allier le stage à la formation de nos étudiants, et ce sur les trois années du cursus.

Fermer le menu