Vous souhaitez recevoir la documentation ?

Pour cela, il suffit d'entrer votre adresse mail.

C

Promis, pas de spam ;)

Martin Görner s’occupe des relations avec les start-ups et développeurs chez Google à Paris. Il était l’invité de Ionis-STM et SUP’Internet le 31 mars au Numa, lieu parisien d’innovations et de rencontres numériques, pour animer un workshop consacré à l’architecture d’applications dans le cloud. Etudiants et professionnels ont ainsi pu profiter de son expertise et constater en quoi l’usage du cloud était désormais incontournable pour toute start-up spécialisée en applications Web et mobiles.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? C’est la question que posait Martin Görner en insistant sur l’intérêt pour les start-ups de faire appel aux technologies cloud pour se concentrer en priorité sur leurs produits plutôt que sur les infrastructures serveurs. Pour l’intervenant, il semble inconcevable que ces start-ups-là, qui peuvent être amenées à devoir gérer un flux important, aient encore à se soucier des « montées en charge ». « Ça, ça ne devrait plus exister aujourd’hui, estimait-il. Si vous voulez vous lancer, concentrez-vous sur ce qui fait la valeur ajoutée de votre application, pas sur des problématiques de serveurs que d’autres gens savent très bien résoudre ! »

<h3>Le buzz, ce faux-ami</h3>

Pour étayer ses propos, Martin Görner prenait le soin de présenter les services proposées par Google Cloud Plateform, nourris par un « travail en R&D réalisé depuis quinze ans » qui permet de « faire marcher des centaines de milliers de serveurs ensemble ». App Engine est l’un de ces services et résout justement les problèmes de montées en charge. Pourtant, au grand dam de l’intervenant, certaines start-ups n’en ont pas encore compris l’importance : « Beaucoup de développeurs ne s’en rendent pas compte au moment de démarrer leur projet et font tout fonctionner sur un seul serveur. Et, malheureusement, encore trop de start-ups se lancent, ont la chance de faire un bon buzz, mais (à cause de ce buzz et du trafic généré) voient leur serveur s’écrouler ! Ils passent alors deux mois à tout remettre en place pour passer de un à plusieurs serveurs. Ils essaient ensuite de se relancer mais c’est trop tard : le buzz est déjà passé… »

Un atelier pratique sur l’élection présidentielle

<h3>Un atelier pratique pour comprendre App Engine</h3>

S’il demeure encore des développeurs imprudents, certaines sociétés appliquent déjà les conseils donnés par Martin Görner. C’est généralement le cas de celles qui aspirent à « lancer des services planétaires » avec une petite équipe et à être remarquées par TechCrunch, le media n°1 des start-ups et de l’innovation technologique, capable de générer le plus gros trafic de l’histoire d’un site ou d’une application quelques minutes après en avoir parlé.
C’est aussi le cas pour des start-ups dont les applications ont une très courte « durée de vie » prévue dès le départ, comme certains jeux vidéo (qui surfent sur une tendance)… ou des sites censés annoncer un résultat très attendu. C’est justement cette catégorie-là qui a été utilisée par Martin Görner pour la seconde partie du workshop : un atelier pratique. « On a proposé aux participants de faire en deux heures un site qui annonce les résultats de l’élection présidentielle, développe-t-il. C’est un bon exemple car, imaginons qu’au soir de l’élection, la France tout entière se retrouve sur le même site, au même moment. Il faut que le site tienne la charge mais, comme son utilité est très courte, on ne va pas prendre des mois pour construire une infrastructure très intelligente qui va tenir cette dernière. On se sert alors de briques existantes. » Pour les étudiants de Ionis-STM et SUP’Internet, il s’agissait d’une belle opportunité pour constater à quel point l’utilisation du cloud pouvait changer la donne, optimiser le rendement d’une idée et faciliter la vie des développeurs. Nul doute qu’ils sauront sans souvenir quand ils seront amenés à faire grandir des start-ups ou quand ils lanceront leur propre projet.

<h2 class="sup_title_second">Toute l'actu</h2>

<p class="share">Partagez</p><div class="flex" style="justify-content: center"><br />
<img class="share_button share_twitter" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_twitter.png" /><br />
<img class="share_button share_facebook" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_facebook.png" /><br />
<img class="share_button share_gplus" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_google.png" /><br />
<img class="share_button share_linkedin" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_linkedin.png" /><br />
</div>

Agenda

<a href="/agenda/" class="event-link"> </a>

Contact

Secrétariat

Email : administration@supinternet.fr
Tel. : 01 84 07 42 35

Contact admissions

Email : admissions@supinternet.fr
Tel. : 01 80 51 71 36

Contact Presse

Direction
Email : direction@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 42 70

Contact Entreprise

Email : entreprises@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 43 11
Email Stages : stages@supinternet.fr

Postuler en tant qu’enseignant

Email : recrutement@supinternet.fr

Compétences & carrière

Stage

À SUP’Internet nous pensons que pour former des professionnels opérationnels une fois diplômés, il faut qu’ils aient accès au monde du travail et soient guidés durant leur apprentissage. C’est pour cela que SUP’Internet a fait le choix d’allier le stage à la formation de nos étudiants, et ce sur les trois années du cursus.

Fermer le menu