Vous souhaitez peut-être :

Du 2 juin au 6 juin, les étudiants de 2e année de SUP’Internet participaient à une semaine immersive spécifique à leur bachelor. Si les étudiants de Web Marketing devaient réfléchir à l’utilisation des réseaux sociaux, ceux des filières Web design et développement Web devaient respectivement travailler sur l’identité graphique d’un festival de musique électronique et découvrir le Ruby, un langage de programmation plus pointu et moins répandu que le PHP ou le .NET. Vincent Lamarche, enseignant en graphisme numérique et Julien Ballet, enseignant en programmation, reviennent sur l’intérêt de ces semaines parfois éprouvantes mais toujours gratifiantes.

<h3> Tomorrowland : où comment élaborer la communication évenementielle de l’un des plus grands festivals de musique du monde</h3>

Pour les étudiants de la filière Web design, cette semaine immersive était l’occasion de travailler sur un cas concret de communication événementiel d’un festival mais pas de n’importe lequel. « Tomorrowland est le plus grand festival de musique électronique du monde, détaille Vincent Lamarche. Je leur ai proposé de repenser l’identité de la manifestation et de décliner différents supports de communication. L’objectif était d’avoir une approche globale en termes de design car la cohérence est primordiale pour ce type de refonte. »

Étude du contenu, analyse de sa conception (arborescence, architecture de l’information, déclinaison responsive), prototypage (ergonomie, interactivités, fonctionnalités, réalisation d’un prototype interactif), design graphique (refonte du logo, création graphique du nouveau site, déclinaison de goodies, création d’affiche, etc.) et gestion de projet (planning, répartition des tâches, suivi des avancées, reporting) : les 2es années répartis en groupes avaient donc fort à faire lors de cette semaine, conclue par une soutenance d’une vingtaine de minutes. « L’apport est différent d’un cours normal car ils travaillent par groupe d’une part, et sont chacun responsable d’une partie de leur projet d’autre part », confie Vincent Lamarche qui, pour l’exercice, avait attribué des rôles de chef de projet, de UI/UX designers et de directeurs artistiques aux étudiants. « La production réalisée est également très différente de ce que l’on peut penser dans le cadre d’un cours classique car ils sont entièrement concentrés sur un projet pendant 5 jours, 8 à 10 h par jour, poursuit-il. Le résultat général de cette semaine a été très satisfaisant avec des projets très intéressants, riches graphiquement et mettant en application une vraie démarche de designer. »

<h3>Ruby on Rails : un langage très différent pour apporter un nouveau regard sur la programmation</h3>

Côté développement Web, cette semaine immersive avait pour thème « Ruby on Rails ». Son objectif était double : faire découvrir aux étudiants le langage Ruby, qui est très diffèrent de ce qu’ils ont pu voir jusqu’alors, ainsi que le très populaire framework Rails pour qu’ils puissent ensuite développer un mini clone de Twitter appelé Gazooyr. « L’intérêt d’apprendre un nouveau langage informatique chaque année est très important pour un développeur, estime Julien Ballet. Comme pour les langues parlées qui permettent de nuancer une idée selon qu’elle soit transmise en français, en anglais ou en japonais, apprendre un autre langage de programmation apporte un nouveau regard et une profondeur sur sa propre pensée. »

Si l’apport de Ruby au background des étudiants de SUP’Internet est donc un réel atout, aussi bien personnel que professionnel, la découverte de framework Rails n’a rien à lui envier. « Découvrir Rails leur permet d’avoir un regard vivant sur l’histoire de la technologie Web d’une part, mais aussi de mieux appréhender les décisions de design logiciels qui ont été prises sur les outils qu’ils peuvent utiliser dans d’autres langages, explique ainsi Julien Ballet qui n’oublie pas de préciser l’importance de cette approche sur le marché de l’emploi. Le marché manque cruellement de développeurs expérimentés sur ce framework : l’immense succès de nombreuses start-ups basées sur des applications Rails – Twitter ou SoundCloud par exemple – et le dynamisme du tissu des start-ups parisiennes a créé une pénurie de talents Rails sur le marché parisien et européen. »

 

<h2 class="sup_title_second">Toute l'actu</h2>

<p class="share">Partagez</p><div class="flex" style="justify-content: center"><br />
<img class="share_button share_twitter" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_twitter.png" /><br />
<img class="share_button share_facebook" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_facebook.png" /><br />
<img class="share_button share_gplus" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_google.png" /><br />
<img class="share_button share_linkedin" src="/wp-content/themes/SupDivi/public/images/share_linkedin.png" /><br />
</div>

Agenda

<a href="/agenda/" class="event-link"> </a>

Contact

Secrétariat

Email : administration@supinternet.fr
Tel. : 01 84 07 42 35

Contact admissions

Email : admissions@supinternet.fr
Tel. : 01 80 51 71 36

Contact Presse

Direction
Email : direction@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 42 70

Contact Entreprise

Email : entreprises@supinternet.fr
Tél : 01 84 07 43 11
Email Stages : stages@supinternet.fr

Postuler en tant qu’enseignant

Email : recrutement@supinternet.fr

Compétences & carrière

Stage

À SUP’Internet nous pensons que pour former des professionnels opérationnels une fois diplômés, il faut qu’ils aient accès au monde du travail et soient guidés durant leur apprentissage. C’est pour cela que SUP’Internet a fait le choix d’allier le stage à la formation de nos étudiants, et ce sur les trois années du cursus.

Fermer le menu